Archives du site

 

Préférence système
Le voyage d'Abel
Le voyage d'Abel
Le voyage d'Abel
Nathanaëlle
Nathanaëlle
Nocturne Vénitien
La ballade du soldat Odawaa
  • Préférence système
  • Le voyage d'Abel
  • Le voyage d'Abel
  • Le voyage d'Abel
  • Nathanaëlle
  • Nathanaëlle
  • Nocturne Vénitien
  • La ballade du soldat Odawaa
  • Préférence système

    Robert a invité Yves Mathon au vernissage de son exposition d’art moderne (p. 51-4)

    Richard Anconina naît le 28/01/1953 à Paris dans une famille tunisienne juive.

    Après avoir obtenu un CAP en électromécanique, Richard s’oriente vers la comédie.

    Il apparaît pour la première fois sur les écrans en 1977 dans le film Comment se faire réformer. L’année suivant, il décroche un rôle dans la pièce Notre-Dame de Paris mise en scène par Robert Hossein.

    En 1983, c’est la consécration : suite à sa prestation d’un jeune malfrat au côté de Coluche dans Tchao Pantin, Richard Anconina obtient le César du Meilleur espoir masculin et le César du Meilleur second rôle.

    En 1989, le voilà nommé au César du Meilleur acteur pour sa prestation dans le film Itinéraire d’un enfant gâté de Claude Lelouch. Et en 1991, il décroche la Mention spéciale du jury au Festival de Berlin ainsi que le prix Louis Delluc pour Le petit criminel de Jacques Doillon.

    Après une traversée du désert dans les années 90, Richard Anconina revient sur le devant dans la scène grâce au triomphe de La vérité si je mens. Fort de ce come-back réussi, le comédien s’essaie alors au polar ; il devient membre du jury du Festival de Cannes en 2002 ; il rejoint le casting de Camping 2 et s’engage pour un troisième volet de La vérité si je mens. Il partage en 2012 l’affiche aux côtés de Patrick Timsit dans Stars 80, une comédie centrée sur le retour sur scène de vedettes musicales oubliées des années 80.

    Pour connaître la disponibilité de Préférence systeme sur notre catalogue

  • Le voyage d'Abel

    En ce matin de septembre, Abel, le paysan solitaire, déjeune en écoutant « La Mer » à la radio (p. 7, case 9)

    En 1943, alors qu’il se rend en train de Montpellier à Perpignan, Charles Trenet observe le paysage défiler. Alors que le convoi longe souvent la côte méditerranéenne, le chanteur écrit, en une vingtaine de minutes, la chanson La Mer , tout en s’inspirant de la mélodie de Heart and Soul de Hoagy Carmichael.

    Trenet ne croit pas au potentiel de sa chanson qu’il trouve « solennelle et rococo ». Il attendra 1946 pour finalement l’enregistrer personnellement.

    La même année, la version américaine intitulée Beyond the sea devient un énorme tube.

    Auréolée de ce succès instantané, La Mer  devient l’énorme succès que l’on connait et finit par se positionner fièrement au sein du patrimoine musical français.

    Retrouvez le coup de cœur de notre collègue par ici

  • Le voyage d'Abel

    En ce matin de février, Abel, le paysan solitaire, déjeune en écoutant « Cargo » à la radio (p. 31, cases 7-8)

    Cargo , premier titre d’Axel Bauer, sort en 1984 et connaît un grand succès avec des ventes qui dépassent les 500.000 exemplaires.

    Soutenu par NRJ, la chanson atteint la 2e place au hit-parade.

    Axel Bauer raconte la création de « Cargo » dans une interview vidéo au Figaro

  • Le voyage d'Abel

    En cette soirée neigeuse de février, Abel, le paysan solitaire,

    après avoir soupé, allume la radio qui diffuse « J’ai deux amours ».(p. 42, case 12)

    Le 26 février a lieu, au Casino de Paris, la première de la revue « Paris qui remue », grand spectacle dans la tradition du music-hall (chant, danse et comédie).

    Pour la première fois, Joséphine Baker tient le rôle vedette. C’est à cette occasion qu’elle crée la chanson de Vincent Scotto, J’ai deux amours , qui deviendra son succès immortel.
  • Nathanaëlle

    Droopy dans « Droopy fin limier » (p. 29, case 5)

    Petit chien blanc anthropomorphique aux oreilles tombantes créé par Tex Avery, Droopy semble souvent apathique, faible, lent et triste mais capable d’exploits surprenants.

    Il lui arrive même d’exploser de joie pour nous gratifier de sa célèbre réplique… « I’m happy ».

    Droopy apparaît pour la première fois dans un court-métrage animé, « Droopy fin limier », où il partage le rôle principal avec le personnage récurrent du loup.

  • Nathanaëlle

    Le grand sage Tabor sixième du nom présente sa grande œuvre avec une cantate de Jean-Sébastien Bach (p.68, case 7 & p.69, case 2)

    En 1725, à Leipzig, Bach compose pour le lundi de Pentecôte une cantate religieuse, Also hatt Gott die Welt geliebt (Ainsi Dieu a-t-il témoigné son amour pour le monde).

    Dirigée pour la première fois par le compositeur le lundi 21 mai,

    la cantate comporte 5 mouvements : deux chœurs, deux arias et un récitatif.

  • Nocturne Vénitien

    Quand Alberto, compositeur de musique, recherche désespérément

    l’inspiration depuis le décès de sa femme. (p. 57, 3)

    Né en 1948 dans une famille britannique aisée, Jeremy Irons, fasciné par le théâtre, intègre à la fin de son adolescence le Marlow Theater de Canterbury. Après avoir multiplié les représentations sur scène, il fait ses grands débuts au cinéma en 1980 dans Nijinski d’Herbert Ross.

    Traînant une réputation d’acteur très exigeant et professionnel, il donne la réplique à Meryl Streep dans La maîtresse du lieutenant français. Il incarne ensuite un évangéliste jésuite du 18e siècle dans Mission (Roland Joffé, 1986), puis tient le double rôle des jumeaux angoissants dans Faux-semblants (David Cronenberg, 1988).

    Jouant souvent à l’écran des personnages froids et inquiétants, Jeremy Irons reçoit l’oscar du meilleur acteur en 1990 pour son interprétation du richissime comte Von Bulow dans Le mystère von Bulow de Barbet Schroeder.

    Après avoir prêté sa voix au méchant du Roi Lion, le dessin animé culte de Disney, il alterne entre les grosses productions américaines (Une journée en enfer, L’homme au masque de fer, Eragon) et les films d’auteurs (And now ladies and gentlemen, Callas forever).

    L’acteur conserve cet équilibre dans la suite de sa carrière, n’hésitant pas à naviguer entre différents styles : western (Appalossa), comédie populaire (La panthère rose 2) et même série historique (The Borgias).

    Tout au long de sa carrière, Jeremy Irons n’a jamais cessé de prendre des risques dans ses choix de rôles.

  • La ballade du soldat Odawaa

    Le capitaine Ernest Keating du premier bataillon d’infanterie canadien se remémore Ode to a Nightingale (page 43, 3e case) et This living hand  (page 17, 6e case), des poèmes de John Keats

    Les Odes, poèmes presque tous écrits en 1819, constituent le meilleur de l’œuvre de John Keats (1795-1821).

    On y découvre tout le romantisme exacerbé du poète anglais : beauté de la nature, relation entre imagination et créativité, réaction à la passion de la beauté et de la souffrance, passage de la vie à travers le temps.

    Les plus célèbres de ces poèmes sont : Ode à un Rossignol (Ode to a Nightingale), Ode sur une urne grecque (Ode on a Grecian urn), Ode sur la mélancolie (Ode on Melancholy) et A l’automne (To autumn).

  • Préférence système
  • Le voyage d'Abel
  • Le voyage d'Abel
  • Le voyage d'Abel
  • Nathanaëlle
  • Nathanaëlle
  • Nocturne Vénitien
  • La ballade du soldat Odawaa

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30